Compte-rendu 30/03 : Bayonne-Stade Rochelais

Nos espoirs se sont inclinés 17-35 contre le Stade Rochelais, samedi après-midi.

L’insoutenable légèreté de l’être…
Il n’y a pas de secrets, nous n’aurons gagné aucun de nos matchs à domicile contre les 3 premiers de la poule, nous ne pouvions prétendre à rien d’autres, que la place que nous occupons en cette antépénultième journée de championnat, les faits sont là, inéluctables, sans affectif, dans leur sécheresse brute et sans appel.
La littérature pourra toujours essayer de sauver l’essentiel, ce dernier géné aux entournures, ne passera, jamais, le cap du révélateur du classement général, seul vrai marqueur de la réalité tangible de notre niveau actuel, le seul qui compte vraiment.
Nous avons perdu un match, où beaux joueurs nous avons décidé, d’entrée de jeu, de partir avec un handicap, en offrant 10 points à nos adversaires en moins de 5 minutes, Noël est en mars cette année, sur les bords de la Nive, le père Noël porte une houppelande bleue et blanche.
On pourra, toujours, arguer quelques décisions arbitrales en notre défaveur, quelques choix surprenants qui ont pu à certains moments faire pencher la balance des points en faveur des maritimes et accentuer le déséquilibre patent, déjà observé sur le terrain.
On peut se rassurer, quelque peu, en se disant que nous avons été vaillant, mais la vaillance est le minimum qu’une équipe doit donner, seule, elle ne pourra mener très loin, on doit toujours l’accompagner de quelques ingrédients, qui nous font défaut ces temps-ci, à savoir, la confiance, la lucidité, l’expérience, la stratégie, tout ce qui fait l’insoutenable légèreté de l’être et dont nous sommes, en ce moment, juste le revers balourd.
Laissons les Rochelais à Kundera et à leur victoire, qui ne souffre d’aucune discussion, notre seul plaisir, en ce dernier samedi à l’heure d’hiver, aura été de les priver du bonus offensif, à l’ultime minute, maigre consolation, mais parfois, il faut savoir se contenter de victoire à la Pyrrhus, même si nos pertes étaient plus à l’âme, qu’aux corps et attendre que le temps des triomphes reviennent migrer dans nos contrées, porté par un vent, à nouveau, bienveillant
Je voudrais, malgré tout, mettre en exergue un geste et un joueur de ce match…
Le geste est l’action que je considère être l’Action (avec un grand A) du match, cet instant au temps suspendu, qui soulève le oh d’admiration du public et le fait applaudir chaudement, ce mouvement parfait.
Ce geste du match a été la merveille de chistera réalisé par Pello Ezpeleta qui a permis à Maka Polutele d’aller marquer le premier essai Bayonnais, entre les barres.
Pello, à l’instar de tous les centres allant de Jean Dauger, à Jo Maso, en passant par Boni ou Codor, a fait ce geste qui classe le joueur au panthéon des magiciens de ce jeu.
Au relais d’une échappée de Yon Hourcade, notre hendayais au french flair aiguisé, a senti la présence de Maka, derrière lui et sans le regarder, il a armé sa chistera, ciselant une passe parfaite qui est tombée, comme une offrande, dans les mains de son partenaire.
Le joueur, que je veux distinguer ici est Alex Gouaux, le 1/2 ouverture bleu et blanc, le meilleur joueur de notre équipe en cet après-midi, sûrement le meilleur joueur du match, à mon sens.
Alex a plaqué à tour de bras, il n’est pas le plus costaud, loin de là, il a fait tomber tout ce qui venait devant lui, allant même en chercher à côté au cas où il n’en aurait pas eu assez.
Il a initié les rares attaques que nous avons eu à jouer, apportant sa créativité, ses appuis changeants et son inventivité dans chacune de ses initiatives.
Il a commandé sa ligne, essayant de trouver la faille dans la défense rochelaise, l’attaquant au plus près, puis au plus large, sans trouver, forcément, la clé de l’essai, mais remettant, inlassablement, sur le métier, son ouvrage de chef d’attaque.
On espère que les blessures arrêteront de l’embêter, pour un petit moment illimité, qu’il pourra nous ravir, encore, de nombreuses fois par son talent et sa qualité de joueur, c’est tout le mal que je lui souhaite.
Samedi prochain, nous jouons contre nos meilleurs ennemis, 15 heures à Belascain, le petit derby, juste 48 heures après celui des pros, ça sera le moment d’une revanche ou d’une confirmation pour une des deux équipes, je vous laisse dévier quel est mon choix….
Bayonne :
2 essais : Polutele. M, Chateauraynaud
2 transformations : Tiberghien
1 pénalité : Tiberghien
La Rochelle :
4 essais, 3 transformations, 3 pénalités
Composition de l’equipe :
1 – Dumain
2 – Bidart
3 – Ezpeleta
4 – Polutele. E
5 – Polutele. M
6 – Dutertre
7 – Hourcade
8 – Bidegain (cap)
9 – Zabalza
10- Gouaux
11- Ayarza
12- Fuster
13- Mamao
14- Layan
15- Tiberghien
Remplaçants :
16 – Lagouarde
17 – Bresolin
18 – Monteiro
19 – Leclerc Tarian
20 – Chateauraynaud
21 – Ducout
22 – Martin. U
23 – Lalanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.