Compte-rendu 28/04 – Clermont-Bayonne

Nos espoirs se sont inclinés 28-6 face à Clermont pour le dernier match de la saison.

C’était jour de dernière, la ultima comme on dit au pays de Cervantes, idioma de Iñaki Ayarza, el león de Santiago, dernière de la saison, dernière d’une formule de championnat espoirs qui a vécu et reviendra sous une autre forme, l’année prochaine, mais nous en aurons le temps d’en reparler et enfin dernière de Franck Lachaise, entraîneur emblématique de cette catégorie espoirs depuis 6 ans et qui tire sa révérence en pays d’Auvergne, dans l’ombre d’un Puy de Dôme bienveillant.
Nous avions laissé sur les bords de la Nive Thiago, le petit lutin facétieux et le chef Chaudard occupé à compter et recompter les maillots entre deux nages indiennes, parfaitement exécutées.
Ce match comptait pour du beurre, pour les deux équipes, les asémistes avaient une infinitésimale chance de se qualifier et nous plus aucune, il restait avant tout l’envie et le plaisir de jouer, sans autres contraintes.
Mais ce ne fut pas un match gigot- haricot, les deux équipes se livrèrent sans retenues, n’évitant pas quelques scories inévitables et des erreurs que seuls, ceux qui ne font rien, sont incapables de faire.
Nous jouons avec le vent, dans cette première mi-temps, c’est pourtant Clermont qui marquera les premiers à la 12ème minute, un essai transformé (7-0), qui leur permet de déflorer le tableau d’affichage, vierge de tous points jusqu’alors.
Nous réduisons le score par une pénalité de Lestrade, peu avant la 20ème minute (7-3).
Durant une dizaine de minutes, nous campons aux abords de leur ligne de but, mais rien n’y fit, soit par un manque de timing, soit par un jeu dans les mauvaises zones, trop au près ou pas assez au loin, aucun de nos joueurs ne parvint à trouver l’intervalle libérateur, ou à le créer par un grand coup d’épaule dévastateur.
L’ASM présentait à son habitude, une équipe très solide, ultra-dimensionnée dans toutes ses lignes et sa défense rigoureuse ne laissait pas d’espace à nos chevaux légers.
Malgré tout, Lestrade à nouveau passa une pénalité (7-6), à la 1/2 heure de jeu.
Le match était équilibré, entre assaut des jaunards, mode panzer division, jeu direct qui resserre les lignes avant d’ouvrir vers les espaces ainsi libérés.
Notre défense tenait bon, quelques en-avants et coups de sifflet de l’arbitre, pour des plongeons intempestifs, nous permettait à chaque fois de nous dégager et d’éloigner le danger de notre ligne d’en-but.
La mi-temps n’était plus qu’a quelques secondes, quand sur un mauvais dégagement, pas assez long, trop au milieu, nous permettons une relance du fond de terrain montferrandais, qui s’est empressé de remonter le ballon vers notre camp, trouvant l’ouverture et l’essai sur la sirène, créant un break irrémédiable, même si nous ne le savions pas encore (14-6).
La seconde mi-temps fut un long pensum, deux essais encaissés (50ème et 57ème), 14 points de mieux (28-6).
Notre mêlée était bousculée, Bidegain, cap’tain touch, s’ingéniait malicieusement à trouver des zones de saut, hors de portée des grands bras jaunes, avec la complicité des lanceurs Bidart ou Goyenetche, provoquant l’hilarité du banc de touche, gentiment moqueur.
Les jeunots de devant (5 joueurs nés en 2000)tenaient la dragée haute à la phalange auvergnate, alternant la vaillance et le courage pour limiter leurs avancées programmées.
Martocq, mousquetaire du centre finit 3ème ligne, casque d’or sans la chevelure adéquate, Lestrade passa en 10 sans trouver l’ouverture, Marty avança de 15 en 13 avec Ayarza à ses côtés et Baget joua une heure après plusieurs mois d’arrêt, suite à sa blessure à l’épaule.
Quelques petits accrochages, pour rappeler que le rugby est un sport de contact, viril mais correct, le match tirait, doucement, vers sa fin définitive et le baisser de rideau de cette saison mi-figue, mi-raisin, qui se termine dans un ventre mou, d’où peuvent naître, très prochainement, de belles promesses, celles-là même que chantait Maxime Le Forestier…
Mais tout ça est une autre histoire, qui reste à écrire dès l’année prochaine, si l’encre n’a pas séchée d’ici-là…

 

 

Clermont-Bayonne : 28-6
Points Bayonne :
2 pénalités : Lestrade
Points Clermont-Ferrand :
4 essais
4 transformations
Composition de l’équipe :
1  – Ezpeleta
2 – Martin.I
3 – Lalanne
4 – Eranossian
5 – Polutele.M
6 – Monteiro
7 – Leclerc Tarian
8 – Bidegain (cap)
9 – Zabalza
10- Gouaux
11 – Ayarza
12- Lestrade
13- Martocq
14- Baget
15- Marty
Remplaçants :
16 – Bidart
17 – Goyenetche
18 – Polutele. E
20 – Ducout
21 – Villacampa
22 – Martin.H
23 – Iturria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.