Compte-rendu 23/03 : Aurillac-Bayonne

Nos espoirs se sont inclinés 51-21, samedi, à Aurillac.

Match de reprise à Aurillac, chef-lieu du Cantal, là où paissent tranquillement, dans leurs robes rouge bordeaux, les vaches de tradition salers, pas encore à l’estivage, les troupeaux vaquent tranquillement, le long des routes aux longs virages serrés et aux courbes alanguies, qui mènent, depuis Tulle de Corrèze, jusqu’au point de chute de notre destination finale.
C’était une journée de retour à la compétition pour certains de nos joueurs, absents depuis de longs mois, tels Makatuki Polutele et Maile Mamao junior et une première pour le jeune Crabos Aitor Hourcade, convié à participer au match des grands espoirs, lui qui vient de fêter son 18ème anniversaire
Nos deux joueurs du pacifique devaient apporter leurs puissances et leurs expériences pour compenser les nombreuses absences en ce samedi, qui était aussi l’acte 19 des gilets jaunes pour l’anecdote politico-historique, mais ça on s’en fout et on a bien raison
Notre jeune premier, Aitor, devait amener sa fougue et son énergie juvénile dans le rude combat qui nous attendait, le jeune garçon ne se déroba pas, lui qui encore lycéen à René Cassin, cet illustre bayonnais prix Nobel de la paix pour sa participation à la rédaction de la déclaration des droits de l’homme et son activité de juriste à la cour européenne de ces mêmes droits de l’homme.
Mais tout ne se passa comme prévu…
Maile, suite à une, malheureuse, erreur administrative, ne put prendre prendre part au match, victime du règlement et de la rigueur arbitrale, lui si fier de pouvoir adopter tous les us et coutumes de notre pays depuis son arrivée en France, devait accepter le mauvais sort et rester légaliste, force reste à la loi.
Le valeureux guerrier tongien en était quitte pour un week-end contemplatif au cœur de l’auvergne, au pays de l’aligot et de la truffade, sans goûter un seul plat dont raffolent, les bougnats de Paris, ces auvergnats montés à la capitale pour exercer les métiers de rémouleurs, de chaudronniers ou de charbonniers.
Pour le remplacer, Tiberghien, prévu à l’arrière, passa au centre avec Fabien Nabias, descendu des pros pour jouer avec nous et Barada intégra l’équipe de départ, avec le numéro 15.
Nous n’avions plus que 22 joueurs sur la feuille de match.
Sûrement surpris par la température estivale qui régnait sur la capitale cantalienne, nous, qui nous attendions à un froid septentrional, à croiser des ours polaires dans des rues gelées, nous avons dû laisser nos doudounes, bonnets et autres écharpes au fond du bus, pour une autre occasion frileuse
Comme prévu, Aurillac nous attendait, parfaitement armé et outillé, aucune surprise, du grand classique
On a perdu 51-21, rien à rajouter, les valises sont pleines, le retour à été long, pour l’histoire on retiendra que le jeunot Hourcade a bien tenu son rang, sûrement le meilleur joueur en bleu et blanc, se permettant le luxe de marquer son premier essai dans le monde des + 18 ans, welcome Aitor
A noter également le déflorage, du compte personnel, de César Monteiro dont c’était la deuxième apparition à ce niveau, suerte César
Samedi prochain, match à 16h, contre La Rochelle à Belascain
Bayonne :
3 essais de : A. Hourcade, I. Martin, Monteiro
3 transformations de : Hardy, Barada (2)
Aurillac :
7 essais, 5 transformations, 2 pénalités
Composition de l’équipe :
 1 – Dumain
 2 – Martin.I
 3 – Lalanne
 4 – Hourcade.A
 5 – Polutele.M
 6 – Hourcade.Y
 7 – Dutertre
 8 – Bidegain
 9 – Hardy
10- Chateauraynaud
11- Layan
12- Nabias
13- Tiberghien
14- Martin.U
15- Barada
Remplaçants :
16 – Bidart
17 – Ezpeleta
18 – Pachebat
19 – Monteiro
20 – Zabalza
22 – Gouaux
23 – Iturria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.