Compte-rendu 21/01 : Perpignan-Bayonne

Nos espoirs se sont inclinés 25-24, hier après-midi, face à Perpignan. Retour sur la rencontre avec le résumé de Pierre Navarron.

 

La Maffre 

Sommes nous l’OM de la catégorie espoirs ??
Jouons-nous comme la bande a Payet, sans un avant-centre capable de planter le but qui tue un match ou qui concrétise, de façon réaliste, la domination constante de l’equipe ??
C’est à croire que oui, malheureusement…
Encore un dimanche, où nous avons le monopole du ballon, mais pas celui du cœur du dieu rugby, à priori, vu le peu de soutien qu’il nous accorde, week-end après week-end
Des actions à foison, toutes aux abords de la ligne d’en but des catalans et toujours les mêmes erreurs, ces ballons lents, joués sans vitesse avec un joueur arrêté, qui se fait exploser par la défense des sang et or, remonté comme des coucous suisses
Des passes hasardeuses qui ne s’imposent pas et entraînent la faute irrémédiable, qui par la botte de mammouth, d’un 10 perpignanais, nous ramène invariablement, loin dans notre camp
Puis comme on ne prête qu’aux riches, paraît-il, une entame, type film catastrophe, où nous offrons 3 essais aux hommes du Roussillon qui n’en demandaient pas tant
Encore une fois, un manque de précision et de concentration sur les renvois, oú nous rendons trop facilement le ballons à nos adversaires, qui pragmatiques vont conclure à trois reprises derrière notre ligne de but (19-7, 20ème minute)
Nous étions revenu, au score (7-7), rapidement après le 1er essai catalan à la 3ème minute, par l’intermédiaire de Martocq, venu main à main au relais d’un rush de Chateauraynaud, mais dès la remise en jeu, nous avons à nouveau pris un nouvel essai, l’ailier de Perpignan, passant en revue notre défense, sans communication, pour aller marquer entre les barres
Nouvelle faute individuelle, en défense, quelques instants plus tard, pour un autre essai, qui portait la marque à 19-7, on avait la sensation de ne pas avoir commencé le match
Et puis on s’est réveillé, dans le sillage de capt’ain Bidegain, de retour aux affaires, s’en allant seul derrière une mêlée conquérante, marquer l’essai nous permettant de revenir à 5 points de nos adversaires, en bleu pour l’occasion
Profitant de notre domination sans partage, en cette fin de 1ère mi-temps, Manu Ordas passe une pénalité et nous ramène à 2 points (19-17), à la fin de ce premier acte
La seconde mi-temps débute comme s’est terminée la première, par une large domination de notre part, nous sommes plusieurs fois en position de marquer, mais la scoumoune, la malchance ne nous quitte pas, maffré une fois, maffré toujours, le réalisme ne passe pas par nous, pas de tueur de matchs dans nos rangs, s’en est presque désespérant
A défaut de match-winner, Ion Zabala joue le perceur de coffre-fort au milieu de la défense catalane et marque cet esssai qui nous permet de virer en tête à la 50eme minute (19-24)
Première contrariété, un carton jaune est sorti à l’encontre de Lalanne, suite à une répétition de fautes aux abords de notre ligne de but
Les joueurs de Perpignan ne marque pourtant qu’une seule pénalité (22-24) 65eme minute
Ordas tente de reprendre le score sur une tentative de but de plus de 50 mètres, face au but, mais le ballon passe à côté des poteaux
Et ce que l’on redoutait arriva à la 75ème minute, nouvelle pénalité concédée, 30 mètres face à nos poteaux, suite à une mêlée cafouillée et à un enchaînement des bleus catalans, un de nos joueurs posent ses mains dans un ruck, l’arbitre qui s’était, déjà, fait remarquer sur le premier essai perpignanais, en l’accordant, malgré deux en-avant flagrants, dont la dernière passe, 1 mètre devant, n’hésita pas, leva le bras et indiqua la faute, 3 points de mieux, Perpignan reprenait la tête d’un point, (25-24)
Une dernière occasion fut donnée à Manu, pénalité 40 mètres face aux barres, le ballon s’éleva haut dans le ciel, parfaitement dans l’axe des poteaux, déjà nos joueurs levaient les bras, mais au dernier moment, sa course se dévia et rasa l’extérieur du poteau droit, les joueurs en bleu levèrent à leurs tour les bras, eux, avec raison, ils venaient de gagner le match et nous de le perdre, définitivement
Maffré jusqu’au bout, la victoire a choisi son camp et une nouvelle fois ce n’était pas le notre
C’est décevant au regard de l’investissement des joueurs et de la qualité de jeu proposé, mais dans le sport il faut savoir conclure ses occasions, à défaut on s’expose à des déconvenues certaines, cette saison nous en faisons l’amère expérience…
Samedi prochain, match à 13h30, contre Lyon à Bayonne
Pour Bayonne
3 essais : Guillaume Martocq, Mattin Bidegain, Jon Zabala
3 transformations et 1 pénalité : Manuel Ordas

Hugo Barada
Cheikh Tiberghien, Thomas Dolhagaray, Guillaume Martocq, Sébastien Villacampa
Manuel Ordas (o), Rémy Chateauraynaud (m)
Tom Darlet, Mattin Bidegain, Tanguy Duterte
Louis Castillon, Yon Hourcade
Pello Ezpeleta, Thomas Lagouarde, Jon Zabala

Entrés en jeu : Ismaël Martin, Paul Bresolin, Enzo Polutélé, Anthony Aguerre, Enzo Hardy, Alex Gouaux, Inaki Ayarza, Alexandre Lalanne

Photo : © Isabelle Ezpeleta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.