Compte-rendu 14/01 : Bayonne-Toulon

Nos espoirs se sont inclinés 22-20 hier après-midi contre le RC Toulon. Retour sur la rencontre.

Ce match est un condensé de notre saison et un concentré de nos fautes récurrentes : difficultés en touche, manque de réalisme aux approches des lignes de but, absence de leadership sur le terrain, trop de passes hasardeuses dans des situations inappropriées, défaut de concentration à chaque renvoi en jeu, après avoir marqué, j’en passe et des meilleures…
Notre entame est bonne, nous jouons dans le camp noir, mettant les joueurs de la rade sur le reculoir et à la 5ème minute, l’arbitre nous accorde une pénalité que Manu Ordas passe (3-0).
Malheureusement sur le coup de renvoi, nous tergiversons et les toulonnais profitent de l’occasion pour jouer dans l’axe profond et viendront marquer un essai par leur numéro 9 (3-5) à la 7ème minute.
Durant une vingtaine de minutes, le jeu va s’équilibrer, sans que rien ne soit marquer de part et d’autre, le match se déroule sous un crachin permanent, qu’on pouvait qualifier de breton et un vent plutôt en notre faveur en cette 1ère mi-temps.
Ce temps hivernal hachait le jeu, par ses fautes de mains et son jeu forcément restrictif, compte tenu des conditions défavorable.
L’arbitre a même sifflé, pour nous, une pénalité, 15 mètres face au barre, que nous gâchons en jouant vite la pénalité, sans que nous transformions cette occasion par un essai sonnant et trébuchant.
Il faudra se souvenir de cette citation de Tite-Live (qui n’a pourtant jamais joué seconde ligne) : On cherche en vain l’occasion qu’on a perdue.
En effet, elle revient très rarement…
Malgré tout, à la 30ème minute sur une mêlée aux 30 mètres varois, départ de Jon Hourcade qui prend un intervalle en feintant la passe à son extérieur, joue dans le dos de la défense adverse, il fixe parfaitement le dernier défenseur et sert, dans un boulevard, Enzo Hardy replacé sur sa gauche, qui s’en va tout seul marquer en moyenne position, essai transformé par Ordas (10-5).
Nouveau renvoi des hommes au brin de muguet, nouvelle erreur de notre part où nous faisons un en-avant à la réception du coup de pied, mêlée, faute, pénaltouche et essai du 8 toulonnais, au mileu des poteaux (10-12, 34ème minute).
La mi-temps arrivera sur ce score, le début de la seconde sera retardée de quelques instants, en effet, un des assesseurs de l’arbitre central a été prise d’une envie pressante ou soudaine et fera attendre les acteurs et les spectateurs frigorifiés, de ce match.
Nous multiplions les charges au ras avec un Pello Ezpelleta toujours disponible, un Jon Hourcade créateur d’intervalle ou un Jon Zabala revenant peu à peu, après sa longue blessure, à un bon niveau, tout le monde est au diapason, mais il y a toujours la faute de goût, la passe de trop, la bonne défense des varois et le score reste en l’état.
A la 60ème minute, Manu Ordas, passe une nouvelle pénalité et nous replace en tête pour un petit point (13-12).
Mais, à croire, que nous n’apprenons jamais de nos erreurs, sur le renvoi, Manu est contré, mêlée sur nos 5 mètres, faute sifflée contre nous, pénalité jouée rapidement à la main par le golgoth Vanverberghe, déjà vu avec les pro toulonnais cette saison, qui marque en excellente position, essai transformé (13-19).
Il nous reste 1/4 d’heure pour refaire ce retard et aller chercher cette victoire, ce qui semble tout à fait réalisable.
On va croire y arriver à plusieurs occasions, une interception de Villacampa qui se fait reprendre à moins de 2 mètres de la ligne d’en-but par l’excellent arrière sudiste, Dridi, une nouvelle échappée de Jon Hourcade au ras, qui pense marquer, mais qui a l’instar de Benazzi, il y a quelques années, son espoir et son bras s’arrêteront à 10 cm de la terre promise, une nouvelle pénalité a 10 mètres face au barre, nous préférons  aller en touche, malgré un déficit chronique dans cet exercice où nous devons avoir, sur ce match, un taux de réussite de 15 % (10 touches perdues…).
Comme sur toutes les touches, dans ce second acte, nous avons perdu ce lancer, cela se reproduira 3 ou 4 fois encore, pour chaque fois le même résultat décevant.
Et ce qui devait arriver, arriva, à la 76ème minute, sur une de leurs rares incursions dans notre camp, les toulonnais vont passer une pénalité, qui les mettra hors de portée (13-22).
Il nous reste 3 minutes pour marquer 2 fois au minimum et espérer remporter ce match, ça ressemble à une mission impossible, Ethan Hunt (voire Jim Phelps, pour les plus anciens…), n’est pas sur le terrain à nos côtés, l’allumette ressemble à un pétard mouillé, ce qui semble normal, vu le temps ambiant.
Pourtant, nous marquerons un dernier essai, à l’ultime seconde, par Manu Ordas, transformé par lui même, on mourra à 2 points (20-22)avec beaucoup de regrets, des tonnes de frustrations, comme trop de fois cette saison.
Notre seule consolation, c’est de ramener un point de bonus défensif, qui semble dérisoire au regard de l’investissement mis par tout le groupe dans ce match joué dans la pluie et le froid, comme un long dimanche monochrome…

 

Pour Bayonne
2 essais : Enzo Hardy, Manuel Ordas
2 transformations : Manuel Ordas
2 pénalités : Manuel Ordas

Ordas
Tiberghien, Dolhagaray, Martocq, Villacampa
Gouaux (o), Hardy (m)
Darlet (cap), Hourcade, Duterte
Castillon, Eranossian
Ezpeleta, Lagouarde, Zabala

Entrés en jeu : Martin, Bresolin, E. Polutélé, Aguerre, Chateauraynaud, Barada, Ayarza, Lalanne

Photo : Isabelle Ezpeleta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.