Compte-rendu 03/11 : Bayonne-Aurillac

Nos espoirs ont concédé le match nul 31-31, samedi après-midi, contre Aurillac.

Duhau et des bas…

Cela aurait pu être une chanson de Gaëtan Roussel ou l’encyclopédie des troubles bipolaires, mais ça n’est que le résumé synthétique et concis de notre match contre les gens d’Aurillac.
Du haut tout d’abord par l’Arthur du même nom, (h)auteur d’un triplé digne de ce nom, deux réalisations sur inspirations personnelles, une récupération aérienne suite à un coup d’envoi et le roi Arthur, laisse ses copains de la table ronde pour s’en aller marquer tout seul, un deuxième essai suite à un débordement et un coup de pied dans la même foulée, pour prendre tout le monde de vitesse et pointer le ballon entre les poteaux, enfin un dernier essai récompensant une jolie combinaison avec Alex Gouaux, qui lui remet le ballon à son intérieur, dans un intervalle spécialement dédié et réservé.
Deux autres essais ont été marqués par Ordas et Darlet et trois ont été transformés.
Nous nous étions mis sur notre 31, malheureusement nos adversaires du jour avaient eu la même idée et découvrirent leur tenue d’apparat à l’ultime seconde, revenu à notre hauteur juste avant le dernier coup de sifflet de l’arbitre du jour.
Le match fut, comme le score l’indique, ouvert et rythmé, beaucoup de long temps de jeu, des courses nombreuses, des impacts, des turn-over, des plaquages, énormément de plaquages, des épaules qui couinent, un souffle plus court, tout ce qui fait l’intérêt d’un match à suspense.
Nous avons mené tout le match, à 10 minutes de la fin, le score était de 31-17 en notre faveur, bonus offensif en poche, mais un match dure toujours 80 minutes…
Un carton blanc contre Lalanne, pour fautes répétées en mêlée selon l’arbitre, nous obligea de finir le match à 14, une conquête défaillante en touche, des plaquages ratés, accumulés à la fatigue d’un match très engagé, un dégagement en touche égaré et un déficit de puissance permirent aux Cantalous de recoller au score, d’abord avec une longue chevauchée de Moukete, l’excellent troisième ligne auvergnat, puis ensuite après une série de pick and go dans nos cinq mètres, se terminant sous nos poteaux sur la sirène, transformation face aux barres pour l’égalisation finale.
La réussite n’a pas fui les pieds du buteur d’Aurillac et ce sont les rouges qui crièrent de joie, en levant les bras au terme de la rencontre.
La déception était forte parmi nos joueurs, frustrés d’avoir été rejoints à la dernière seconde, mais conscients, également, de nos lacunes criardes de la seconde mi-temps qui ne permirent pas de maintenir le score acquis et que nous pensions, à tort, suffisamment confortable, ce fut notre bas, inévitable.
Dimanche prochain, se profile un match contre La Rochelle, qui pourra s’avérer être très compliqué si nous ne mettons pas tous les ingrédients et toute l’abnégation nécessaire à ce genre de match, mais nous avons toujours su rebondir après une déconvenue, acceptons-en l’augure et croisons les doigts….
Pour l’Aviron Bayonnais :
5 essais : Manuel Ordas, Tom Darlet, Arthur Duhau (x3)
3 transformations : Manuel Ordas
Composition de l’Aviron Bayonnais
Mathis Dumain – Andoni Goyeneche – Pello Ezpeleta
Louis Castillon – Makatuki Polutélé
Tanguy Duterte –Mattin Bidegain (cap) – Tom Darlet
Rémy Chateauraynaud – Alex Gouaux
Arthur Duhau – Manuel Ordas – Guillaume Martocq – Julien Jané
Aymeric Luc
Remplaçants : Paul Bressolin, Ismaël Martin, Enzo Polutélé, Allan Leclerc Tarian, Hugo Zabalza, Thomas Dolhagaray, Hugo Barada, Alexandre Lalanne
Photo à la une : © Pablo Ordas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.