Arnaud Aletti : « Fier de ce qu’on a pu accomplir »

le

Le troisième ligne des espoirs fait le bilan de la saison et se projette sur la demi-finale de dimanche.

Quel bilan dresses-tu de cette saison ?

Je suis content qu’on arrive, encore une fois, en demi-finale. Je suis fier de ce qu’on a pu faire, de ce qu’on a pu accomplir.  On a été gagner des matchs compliqués à l’extérieur. 

Vous avez su aller chercher une qualification malgré un effectif un peu moins étoffé que l’an dernier… 

Oui, c’est ça. Ce n’était pas le même championnat que l’an dernier, il y avait moins de matchs. On n’avait également pas le même effectif, mais on a réussi à faire avec. Ça a permis à certains mecs de se révéler. Dès que quelques jeunes sont montés en pro, ça a laissé la place à d’autres qui ont fait le boulot. Aujourd’hui, on arrive en demi-finale avec pas mal de jeunes qui ont un accumulé un peu d’expérience.

Qu’as-tu pensé de la nouvelle formule du championnat ?

La trêve était un peu longue. Ça fait aussi bizarre de jouer moins de matchs et c’est compliqué de finir dans les deux premiers pour accrocher une qualification. La saison est un peu moins physique, mais permet de faire des matchs plus intenses. 

La qualification était l’objectif annoncé en début de saison ?

On voulait faire une grosse saison. On savait que ce serait dur de se qualifier et c’est devenu un objectif au fur et à mesure. C’était d’autant plus compliqué qu’on avait une poule assez costaud, mais on a réussi donc on est contents.

Par rapport à l’an dernier, comment sens-tu le groupe à l’approche de ces phases finales ?

Malgré la défaite à Perpignan, je le sens en confiance. On a envie de faire un truc ensemble. Ça fait plusieurs années qu’on joue ensemble, on est soudés. Je sens que le groupe est bien, motivé, d’autant plus que la demi est contre Pau : une équipe qui nous transcende. 

Vous n’avez jamais battu la Section cette saison (une défaite 28-7, un nul 26-26), que faudra-t-il changer pour essayer de l’emporter ?

Il faudra garder la combativité qu’on met sur ce genre de match et arriver à jouer notre jeu sans être mangés par la pression. Il faut qu’on joue libérés, qu’on profite à fond de cette demi-finale.

« Prendre ça comme une seconde chance »

La défaite de la semaine dernière contre Perpignan peut vous servir pour rebondir ?

Certes, on a perdu, mais on fait néanmoins un bon match. C’était loin d’être parfait. Il y a des choses à régler sur la conquête mais ça nous permet justement de ne pas arriver favoris face à la Section et c’est le genre de rencontre qu’on aime bien.

D’un point de vue personnel, tu as pris le capitanat sur quelques rencontres cette saison…

On a un groupe complet, on se soutient les uns les autres. Quand j’ai été capitaine, j’ai été épaulé par deux ou trois autres cadres et ça a permis de maintenir l’équipe à flot quand David Ménage était blessé ou Peyo Muscarditz jouait avec les pros. On a réussi à tenir l’équipe pendant ces périodes un peu longues. 

Vous, les « anciens », allez avoir un petit rôle en plus ce week-end…

On aura le rôle que d’autres ont eu auparavant. C’est-à-dire d’encadrer les jeunes de part la petite expérience qu’on a eu. Après, tout le monde va donner le maximum. On aura certes un rôle d’encadrement, mais ce qui va primer, c’est l’équipe. La qualification n’était pas gagnée après la défaite à Perpignan. On a quand même eu l’occasion de se qualifier et il faut prendre ça comme une seconde chance et ne pas la louper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *