Barrage : Compte rendu 14/05 Bayonne-Bordeaux

Retour sur la victoire et qualification de notre équipe pour les demi-finales du championnat.

La belle avait donné rendez-vous à Mimizan, entre océan et pinède, le joli mois de mai avait prêté son soleil, pour l’occasion et les promesses qui n’engagent que ceux qui y croient.
Les prétendants avaient revêtu leurs plus beaux atours, grenat ou lie-de-vin, comme on voudra, pour les riverains de la Garonne et bleu et blanc pour ceux de Nive et Adour.
Le maître de cérémonie, tout de vert vêtu comme ses assesseurs, venus d’Auvergne donna le coup d’envoi, à l’heure pile et les Bayonnais engagèrent la partie, vent de face et cœur au ventre.
Les premiers instants furent plutôt à l’avantage des Béglo-Bordelais, qui envoyèrent, au milieu du terrain, taper leurs puncheurs fidjiens, pour tenter de créer des brèches ou de créer des décalages dans la défense bayonnaise
Cette dernière, menée par son blue destroyer, Arnaud Duputs, le boucalo-tarnosien, héritier de Manolo Perez, faisait tomber les uns après les autres les rudes attaquants girondins, malgré une alerte, stoppée à quelques mètres de l’en-but bleu et blanc
Les béglais ouvrirent le score les premiers par une pénalité, mais après une dizaine de minutes fébriles, les bleus se remirent à l’endroit et prirent la direction du match, Manu Ordas, parfait en ce dimanche, commença son festival et égalisa par un premier coup de pied et donna 3 points d’avance, presque en suivant, sur une deuxième pénalité
Le pack bayonnais dicte sa loi, à l’impact et sur les ballons portés qui font reculer sur plusieurs mètres les avant béglais, la tortue n’est décidément plus ce qu’elle était !!!
Après une première pénal touche sanctionnée pour un minuscule contact, entre deux Bayonnais, la deuxième qui suivait l’égalisation béglaise, fut la bonne et Nicolas Alacchi qui était à la manœuvre de ce jeu de cache ballon, bien entouré de ses partenaires, progressaient, inexorablement, désaxant le maul sur la droite, pour aller marquer ce premier essai, en moyenne position, transformé, sans coup férir, par Ordas, toujours aussi précis.
La machine bayonnaise continuait de broyer les Bordelais, jouant, la plupart de temps dans le camp grenat et une nouvelle pénalité allait permettre à Manu, le sniper à sang-froid, d’ajouter 3 nouveaux points, juste avant la mi-temps
La pause intervint sur ce score de 16-6 en faveur de nos couleurs et sous une chaleur estivale
La seconde mi-temps reprit sur le même tempo et quelques instants après l’engagement, l’arbitre sanctionna, à nouveau les Bordelais et notre buteur maison ne se fit pas prier pour augmenter l’avance, portant le score à 19-6
Suite à un long contre au pied bayonnais, une petite générale, fit monter la tension, plus de moulinets que de vrais coups portés, mais cela permit au nombreux public bayonnais de se faire entendre et de manifester encore, plus fort, son soutien à ses favoris
Il y a toujours une exception qui confirme une règle, Manu Ordas, rata son premier coup de pied de l’après-midi, son ballon frôla le montant gauche des poteaux, mais du mauvais côté
Mais ce n’était qu’une exception, presqu’en suivant, une nouvelle pénalité, lui permit de régler la mire et de rajouter 3 points dans l’escarcelle de bleus pragmatiques
Passé l’heure de jeu, sous ce chaud soleil, les entraîneurs coachèrent plusieurs joueurs, Taufa laissa le côté droit pour attaquer le poste de pilier gauche, Tarozzi qui avait pris la place d’Ordas, enquilla, comme à l’entraînement, un drop de trente mètres, en haut des perches, le panneau affichait le score de 25-6 à dix minutes de la fin du match
Le deuxième essai était tout proche, domination en mêlée et en touche ou nous récupérions plusieurs ballons sur introductions ou lancers adverses, quelques fautes de goût ou des mauvais choix nous empêchèrent d’aller à dame.
Pourtant sur une derrière attaque, Tarozzi, adressa un petit bijou de passe au pied en direction de Martin Laveau, qui laissa parler sa vitesse et alla aplatir, en coin, l’essai final, transformé par Luigi, l’initiateur de cette passe ciselée.
L’arbitre siffla la fin du match sur cette action, qui vit la victoire des bleus et blancs 32-6, score qu’on dit sans appel et qui couronna le match plein des Bayonnais, leur permettant de jouer une demi-finale, dès la semaine prochaine, contre l’USAP.
Mais à chaque jour suffit sa peine, savourons cette victoire, le temps du voyage retour, entre musique et sourire, lundi sera le jour de récup’, pour éliminer les fatigues, courbatures et aux autres bobos de ce dimanche victorieux.
La semaine sera, à la fois longue et très courte, pour préparer ce prochain match contre cette équipe qui nous a battus deux fois cette saison…
Mais la vérité d’un match, n’est jamais celle du lendemain…

Fiche technique :

Pour l’Aviron Bayonnais :
2 essais : Nicolas Alacchi (25e), Martin Laveau (79e)
2 transformations : Manuel Ordas (26e), Luigi Tarozzi (80e)
5 pénalités : Manuel Ordas (5e, 15e, 31e, 45e, 60e)
1 drop: Luigi Tarozzi (67e)

Pour l’Union Bordeaux Bègles :
2 pénalités : Ben Chalmers (3e, 21e)
1 carton jaune : Gauthier Bruté de Rémur (55e)

Composition de l’Aviron Bayonnais :

Mathis Dumain – David Ménage – Jon Zabala
Etienne Loiret – Guillaume Ducat
Arnaud Duputs– Nicolas Alacchi – Tom Darlet
Remy Chateauraynaud (m) – Manuel Ordas (o)
Arthur Duhau – Peyo Muscarditz – Yan Lestrade – Martin Laveau
Julien Tisseron

Remplaçants : Clément Batbedat, Pello Ezpeleta, Arnaud Aletti, Makatuki Polutélé, Aymeric Luc, Luigi Tarozzi, Hugo Barada, Toma Taufa

Composition de l’UBB :

Valentin Dominici – Gauthier Brute de Remur – Lasha Tabidze
Tristan Labouteley – Antho Vermont
Dylan Dicharry – Kitione Kamikamica – Irakli Tskhadadze
Gauthier Doubrère (m) – Ben Chalmers (o)
Jerry Tuwai – Jone Waqaliva – Tom Juniver – Alexandre Pilati
Iban Etcheverry

Photo : © Pablo Ordas

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Thierry Sudrie dit :

    J’en étais sûr malheureusement je n’ai pas pu aller vous voir à Mimizan en revanche je serai du côté de Toulouse pour assister à la belle revanche des deux rencontres perdues par nos petits bleus face aux arlequins en championnat… Plus qu’un match avant de retrouver les stadistes de Toulouse…ou pas!! Car avec ces diables de castrais Toulouse peut très bien avoir les boules… Bonne récup à tous à bientôt Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *