Avant match Bayonne-Paris

Période vacances scolaires, les parisiens sont en vacances sur la Côte Basque. L’équipe professionnelle et l’équipe espoirs du Stade Français seront également de passage à Bayonne ce week-end !

 

LA mauvaise opération de la saison

Malgré une équipe d’expérience, et clairement favorite de cette affiche, nos espoirs se sont inclinés 16-12 au stade Cassayet de Narbonne. 4 malheureux points de différence qui viennent priver les basques d’un nouveau succès logique à l’extérieur. Des points laissés en route avec notamment un essai casquette en fond de touche. La soustraction est simple : 16 – 5 = 11, score final 11-12. Le constat pourrait s’arrêter à ce revers, mais le problème du week-end est que tous nos concurrents aux phases finales (hors mis Bordeaux) l’ont emporté, avec la manière pour certains. Les Clermontois vainqueurs des Rochelais, les Catalans allant l’emporter à Versailles à la dernière minute et les Castrais en rois face à la Section Paloise, les Ciel et Blanc sont une nouvelle fois en mauvaise posture et plus totalement maîtres de leur destin. Durant cette semaine, les U22 se sont fait soufflés dans les bronches pour aller se rattraper et chercher une victoire ce dimanche, et pourquoi pas comme l’avait évoqué Mathis Dumain lors d’une interview : réaliser un match référence contre le Stade Français.

 

Pink Power never dead

Fusion, pas fusion : les joueurs du Stade Français auront finalement eu gain de cause en obtenant l’annulation du projet de fusion avec le Racing 92. En déplacement ce week-end à Jean-Dauger. Un combat qu’ils ont mené à bien et ce malgré les discussions très sérieuses entre les 2 présidents. Tout l’esprit du Stade Français peut être résumé dans cette situation. Les Espoirs parisiens quant à eux, pointant à la dernière place ne baissent pas non plus les armes cette saison. En effet, malgré les plusieurs revers concédés, les roses continuent de travailler et rivalisent avec leurs adversaires à chaque nouveau duel. Lors du match aller, ils avaient tenu tête aux basques en leur empêchant de prendre le bonus offensif. Plus tôt dans l’année, les Toulonnais ont également été mis à mal par les vaillants parisiens. Le plus bel exemple est cependant celui de la dernière journée, où les espoirs du Stade Français ont contenu les Catalans jusqu’aux derniers instants avant d’encaisser un ultime essai d’avant entre les poteaux, s’inclinant alors d’un malheureux point.  À l’image de leurs aînés ce week-end, ils auront à coeur de montrer que l’esprit du Stade Français n’est pas mort, et qu’il mérite sa place dans l’élite : Pink Power never Dead.

 

 

Rencontres avec Ryan Chapuis, Dato Papavadze 3e lignes, et Antoine Frisch 1/2 d’ouverture et joueurs des espoirs du Stade Français

Dato Papavadze – © Peio Berho
Ryan Chapuis – © Peio Berho
Antoine Frisch – © Stéphane Hamel – Objectif Rugby

Propos recueillis par Peio Berho

Défaite cruelle d’un point contre Perpignan, quel ressenti après cet échec ?

R.C : C’est clair que cette défaite a été très dure à encaisser parce qu’on fait un gros gros match sur l’engagement, on les prend sur pas mal de secteurs de jeu comme la mêlée où on a été vraiment dominateurs. On s’est vraiment dit que sur cette fin de saison il fallait lâcher les chevaux, surtout avec ce qu’il s’est passé au niveau du club ces dernières semaines.

D.P : On a tous donné contre Perpignan, et on perd dans les dernières minutes, c’est dommage mais ce n’est pas grave, on a continué à travailler et à préparer notre prochain match.

A.F : Toute l’équipe était très déçue, on a mené au score tout le match on a vraiment fait preuve de maitrise sauf sur les dernières 15 minutes et on a été trop indiscipliné ce qui les a remis en confiance sur la fin. On a pas réussi a tuer le match, ils marquent à la dernière minute donc c’est une grosse déception surtout qu’ils étaient premiers au classement.

 

La relégation semble aujourd’hui presque actée, comment abordez vous votre fin de saison ?

R.C : Oui dans nos têtes la relégation est bouclée depuis pas mal de temps, sur cette fin de saison l’important est de vraiment prendre du plaisir sur le terrain, se lâcher, et l’objectif fixé sur ces dernières journées est d’accrocher une équipe du top 6. Surtout que le groupe vit vraiment bien au quotidien, on est vraiment un bon groupe de potes.

D.P : C’est pas grave qu’on descende ou qu’on remonte, on fait tout pour faire de beaux matchs et gagner.

A.F : On veut toujours gagner un maximum de matchs. On veut tous bien finir la saison malgré notre position au classement. On va jouer sans aucune pression et on va se faire plaisir un maximum sur le terrain.

 

Il faut tout de même vous rendre hommage, vous avez eu de belles intentions de jeu cette saison mais peu de réelles concrétisations, quel est le leitmotiv dans ce genre de situation ?

R.C : Au Stade notre jeu est vraiment basé sur l’activité, on est sur un jeu avec beaucoup de mouvement où le but est de faire plus de choses que l’adversaire, on prend vraiment du plaisir, et franchement avec la saison difficile qu’on a eu ça reste le principal …

D.P : C’est vrai que nous avons perdu beaucoup de parties cette année, mais c’est le Rugby, et nous allons finir le championnat convenablement. Nous n’avons jamais joué une rencontre avec l’intention de ne pas gagner, et nous ne comptons toujours pas relâcher.

A.F : C’est compliqué et c’est une saison frustrante surtout quand on perd nos matchs de peu. Mais la motivation est toute trouvée, on veut gagner chaque weekend peu importe notre place au classement et on restera motivé jusqu’a la fin de saison. On veut surtout se prouver à nous-mêmes que l’on est capable de gagner les matchs et de concrétiser, on sait que l’on est capable de le faire.

 

Déplacement à Bayonne, le même week end que vos aînés, dans quel état d’esprit vous venez ce week-end ?

R.C : On arrive samedi dans l’après midi, on doit normalement aller voir le match de la première à Jean-Dauger, ça va nous permettre de profiter un peu de l’ambiance rugby de la ville, puis on va attaquer le match contre Bayonne le lendemain, avec comme d’habitude beaucoup de motivation, et de détermination pour enfin peut être faire tomber un membre du Top 6. On sait tout de même que Bayonne à domicile reste un gros morceau, c’est très solide et on s’attend à un gros gros match.

D.P : Nous avons beaucoup appris, et travaillé sur nos erreurs donc je pense que l’équipe est prête pour brillamment figurer contre notre rival.

A.F : Oui on sera au stade d’ailleurs le samedi soir pour les encourager. On va venir sans complexe on a tout à gagner sur ce match on espère faire quelque chose même si on sait que ça va être très dur contre eux à domicile.

 

Image à la Une : © Peio Berho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.