Après Bordeaux-Bayonne : les réactions

Après la défaite 30-17 des espoirs de l’Aviron à  Bègles, découvrez les réactions de Franck Lachaise, Peyo Muscarditz et Matthieu Jalibert.

Propos recueillis par Pablo Ordas

Franck Lachaise, entraîneur des avants

Franck Lachaise ©Peio Berho

« On a retrouvé  l’engagement et l’état d’esprit »

Quel est le sentiment qui domine après cette troisième défaite frustrante ?

De la tristesse. On est déçus de ces trois derniers résultats. Encore Agen et Bordeaux sont des défaites à l’extérieur, mais perdre à la maison contre l’ASM a été le faux pas le plus compliqué sur les trois défaites. Au jour d’aujourd’hui, si on avait battu Clermont, on serait dans les deux premiers. Et compte tenu de notre calendrier à venir, avec quatre réceptions pour deux déplacements on aurait été quasiment assurés d’une qualification. Très déçu par le revers à Bordeaux, mais on a retrouvé au moins l’engagement et l’état d’esprit d’une équipe qu’on connaît et qui a fait ses preuves depuis le début de la saison. 

L’équipe a fait une belle seconde mi-temps avec beaucoup d’engagement …

Tout à fait. Dans l’état d’esprit, on a retrouvé cette envie de gagner, d’avancer, d’aller plaquer, qu’on avait un petit peu perdu sur les derniers matchs, compte tenu aussi du manque de récupération de nos joueurs qui ont enchaîné dix semaines sans repos.

Qu’avez-vous dit aux joueurs à la fin du match ?

Qu’on était dans le détail. Quand on travaille des actions à l’entraînement, qu’on met des choses en place et qu’on ne les met pas du tout en place le jour du match, alors qu’il s’avère que c’était vraiment les bons choix, c’est compliqué. Quand on ne respecte pas le plan de jeu, c’est difficile. Avec les conditions climatiques, il fallait serrer le jeu, utiliser beaucoup plus le pied et mettre la pression en bas. On n’a pas été assez bons pour le faire.

Maintenant, il va y avoir une semaine de pause avant le sprint final …

Il va y avoir une bonne semaine de repos complet niveau rugby. Ils vont avoir un peu de course à faire, mais le rugby, on n’en parle pas pendant toute la semaine. On reprendra pour la réception de Castres, et préparer ce dernier bloc qui, entre guillemets, devrait être plus abordable puisqu’on va affronter des équipes de bas de tableau.

Peyo Muscarditz, trois-quart centre

Peyo Muscarditz – © Pablo Ordas

« Mettre le collectif en avant par rapport aux individualités »

Dans quel état d’esprit est l’équipe après ce revers ?

On est assez déçus, surtout au vu de l’engagement qu’on y a mis. On va voir si on peut relever la tête pour la suite. On peut dire que tout le monde s’est battu pour le collectif, c’est quelque chose qu’on a retrouvé par rapport au match contre Clermont. Il faut garder ça et mettre le collectif en avant par rapport aux individualités qu’on peut avoir et persévérer dans cette optique-là pour la suite du championnat…

Qu’est-ce qu’il vous a manqué selon toi ?

Suivre les stratégies établies à l’entraînement pendant la semaine… Et mettre un peu plus de vitesse, pas grand chose de plus je pense.

La semaine de repos arrive au bon moment …

J’espère qu’elle va nous faire du bien. On va essayer de penser à autre chose. On a prévu quelques trucs avec l’équipe. On a besoin de se retrouver dans un autre contexte que le rugby. Ça va faire pas mal de bien, surtout à la tête. Physiquement, on va reposer les organismes parce qu’on est en train de se traîner depuis deux trois matchs les mêmes défauts. 

Matthieu Jalibert, demi d’ouverture de l’UBB

Matthieu Jalibert – © Pablo Ordas

« Victoire super importante aujourd’hui contre Bayonne. Elle nous permet de prendre la première place. On s’était fixé comme objectif de mettre une grosse agressivité d’entrée et je pense que c’est ce qu’on a fait. Il fallait les prendre devant. On a su répondre avec ce temps et après on a assuré en mettant les points au pied et en marquant quand il fallait. Bayonne est une équipe très solide devant, capable d’emporter n’importe quelle équipe. Ils ne lâchent jamais rien. On a mis les barbelés et on a essayé de tenir pendant 80 minutes avec l’intensité qu’on s’était dit de mettre. Je pense que pas beaucoup de gens nous voyaient à la première place aujourd’hui. Le groupe a beaucoup changé, on a su reprendre confiance petit à petit et le projet de jeu est bien en place. On arrive à faire ce qu’on veut avec la confiance des coatchs et celle que l’on a entre nous. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.